La Saison_visuel.png

 Afagh Morrowatian.

TEXTE: ARTHUR RIMBAUD

MISE EN SCÈNE:AURÉLIE DROESCH-DU CERCEAU

COLLABORATION À

LA CHORÉGRAPHIE

ROSHANAK MORROWATIAN


CRÉATION SONORE:MAARTEN VAN CAUWENBERGHE

 Avec

ROSHANAK MORROWATIAN

EN COURS

EN COURS

EN COURS

CRÉATION LUMIÈRE: CÉSAR GODEFROY

 

UNE SAISON EN ENFER

Une saison en enfer, c’est le récit d’une descente et traversée de l’enfer, qui dure le temps d’une saison. L’histoire du départ d’un homme-poète qui tente de s’extraire de l’oppression et de l’autorité, notamment familiale et religieuse, àtravers la quête d’un geste nouveau entraînant conjointement le renoncement et la grande solitude ainsi que la perte des anciennes croyances. Ces deuils vont entraîner la recherche de valeurs et paradigmes singulier.e.s pour penser avec exigence sa poésie, la société et le monde dont il fait partie.

Ce texte trouve l’une de ses richesses poétiques à l’endroit de la mise en résonance de l’espace concret de l’enfer avec l’enfer métaphorique, celui qui est en soi.

Peur et courage sous le bras, Arthur Rimbaud se retourne sur lui-même. Je tiens à rendre compte du face-à-face qui s’opère dans le texte, de comment se construit la relation avec nos démons et puissances intérieur.e.s parce que « le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d’hommes ».

Une saison en enfer est riche de sa polyphonie, de la démultiplication du corps qui en abrite d'autres. Afin de la matérialiser, je souhaite travailler sur l’imbrication entre théâtre et danse avec une comédienne et trois danseuses. En effet, ma recherche artistique se trouve à l’embranchement de ces deux disciplines : un travail sur le corps, le mouvement et son articulation avec la parole.

 

La rencontre avec Une saison en enfer est une expérience individuelle forte que j’ai à coeur de rendre partageable dans la droite lignée d’une célébration collective. La porter au plateau, c’est se mettre face à ses propres chutes, démons et contradictions.

C'est nous faire travailler sur nos parts d'ombres sous un soleil brûlant, c'est emprunter les chemins qui donnent du sens au chaos. 

 

 

Aurélie Droesch-Du Cerceau