étoiles

Unknown.png
70756306_933156147035528_375293525064941

À travers ses deux premiers textes, Étoiles et Mon coeur si jeune si fou, écrits en 2003 et 2004, Anja Hilling pose les bases d’une dramaturgie contemporaine majeure : entrelacs de fables, mise en danger de la narration… Un théâtre poétique connecté avec le cosmos.


Dans Étoiles, deux couples décident de tenter une expérience psychédélique, espérant qu’avec les petites étoiles ingurgitées, ils verront les vraies. En attendant les effets, les langues se délient. Puis les visions arrivent, et Susann se tue en chutant du haut d’un arbre : accident ou volonté ? La vie de ses amis s’en trouvera chamboulée, chacun essayant de comprendre ce qui s’est passé, recomposant histoires personnelles et traces de mémoire.

étoiles

de Anja Hilling

Traduction : 

Silvia Berutti-Ronelt et Jean-Claude Berutti

Éditions Théâtrales 

Mise en scène : Louise Quancard

artiste associée de la Compagnie La Passée 

Avec :

Mathilde Bardet, Raphaël Dewnarain,

Lucas Lecointe et Louise Quancard

Durée estimée : 1h15

Âge conseillé : à partir de 14 ans

Diffusion: Laurent Cazanave :0749082539

Le drame, cet événement hors-norme à l’échelle d’une vie, nous tombe dessus à tous au moins une fois, si ce n’est plus. Il s’abat sur nous et l’expérience intime que nous pouvons faire de cette déflagration est souvent taboue. Une question, lancinante dans cette pièce d’Anja Hilling, nous taraude ; pourquoi ne savons-nous pas gérer les après ? 

 

Étoiles nous emmène à la rencontre d’une bande d’amis composée du couple de Jana et Kalle ainsi que celui de Susann et Anton, tous ont la vingtaine. Un soir ils décident de tenter une expérience “psycho - psyché - délique” et l’un d’entre eux va y laisser la vie. Accident ? Suicide ? Abus ? Drogues ? Les mots prennent une place étouffante à mesure que les scènes s’enchaînent pour les “survivants”. L’après catastrophe, voilà ce dont j’avais envie de parler avec cette pièce et comment s’articuleront les mots autour de leur maux. 

 

“Le bonheur tourne plus vite que le lait entier”. 

 

Ces jeunes gens, que l’on voit évoluer en vase clos, essaient tant bien que mal de continuer à vivre. La bombe lâchée par Anja Hilling dès la fin du premier acte est un prétexte pour ouvrir la boîte noire des affres que traversent les personnages : suicide, drogue, avortement, libération sexuelle… Prisonniers de scènes de la vie quotidienne, ils nous invitent à prendre de la hauteur.

 

Anja Hilling brise les codes du théâtre conventionnel et fait entrer en scène un nouvel acteur : les didascalies. Libre au metteur en scène de les ignorer, j’ai pour ma part décidé qu’elles feraient partie intégrante de l’histoire, à la manière d’une voix dans nos têtes. Bien que les situations dépeintes traitent de notre vie quotidienne, il m’était impossible de mettre de côté la prosodie.

Nous avons beaucoup travaillé avec les comédiens sur la forme du texte pour que celui-ci, bien que très poétique, puisse nous parvenir de manière sincère et puissante.

 

Nous ne sommes pas dans un film, nous n’avons pas les capacités du cinéma, alors la véritable épreuve était de représenter ce pré, ce lavomatique, ces appartements et ce bar sur une scène de théâtre. Bien que le texte, de par sa succession rapide de décors, nous rappelle un scénario, j’ai choisi d’amener le public dans sa propre réflexion, le rendant ainsi spect’acteur de la pièce.  En effet nous avons occulté tout réalisme dans les décors, jouant parfois même plateau nu, et nous avons effectué un grand travail de création lumière et sonore pour accompagner notre histoire. Dans ces moments-là nous n’arrivons plus à discerner ce qui nous entoure, nous errons à la manière d’âmes en peine dans les limbes de notre esprit.



En cette période de libération de la parole et de l’écoute, Étoiles a toute sa place, et les spect’acteurs toute leur importance. Grâce à cette pièce, nous ne cherchons pas à donner des réponses toutes faites à des problèmes déjà abondamment traités, mais peut-être, justement, à débloquer la parole et à ouvrir un dialogue.

 

Louise Quancard

91285735_252773072555007_165848740500865

Teaser

47218703_294013857763418_691753580509947
47351861_1049241388579279_55728954343696
Screenshot_20190930_234801.jpg
IMG_0288.JPG